Racisme anti-musulmans

L’expression de racisme anti-musulmans désigne une attitude de rejet de personnes qui se disent musulmanes ou qui sont perçues comme telles par la société majoritaire. On y retrouve les composantes d’une hostilité envers des personnes issues de pays du tiers-monde (imprégnés par l’islam) ou d’une société patriarcale.

La CFR préfère le terme de racisme anti-musulmans à celui d’islamophobie (= peur de l’islam) qui met l’accent sur le rejet émotionnel de l’islam en tant que religion avec ses coutumes, ses pratiques et ses symboles souvent mal compris. La notion d’islamophobie s’est répandue à la suite d’une publication de l’anglais Runnymede Trust datant de 1997 («Islamophobia: A Challenge for Us All») qui énumère huit éléments caractéristiques de cette attitude: elle voit par exemple dans l’islam quelque chose de violent, d’agressif, de menaçant, d’étranger – elle l’imagine statique, incapable de changer ou encore inférieur à la pensée occidentale. Le Conseil de l’Europe a décrit l’islamophobie en 2005 comme «la crainte de l’islam ou un préjugé envers l’islam, les musulmans et tout ce qui leur est lié» («Islamophobia and its consequences on Young People»).

Les comportements hostiles à l’islam et aux musulmans vont de la discrimination raciale dans l’éducation, la vie professionnelle ou les procédures de naturalisation aux violences physiques envers des musulmans ou aux incendies de mosquées et de centres islamiques.

Début de la pageDernière mise à jour: 15.07.2016