Racisme sur Internet

Internet n’est pas une zone de non-droit. L’incitation à la haine raciale et la discrimination raciale sont aussi interdites sur Facebook, Twitter et autres.

Internet est le café du commerce d’aujourd’hui, à la différence près qu’il est beaucoup plus vaste que les auberges d’autrefois. L’anonymat supposé lève certaines inhibitions à exprimer des propos racistes et discriminatoires. Dans ce contexte, les utilisateurs ne cessent de se provoquer et les propos se durcissent, mobilisant en outre un public nouveau et de plus en plus jeune. Du reste, certains auteurs de commentaires n’hésitent pas à communiquer leur nom, leur situation familiale, leur profession ou encore leur lieu de domicile.
Lors du conflit de Gaza de l’été 2014 par exemple, on a pu observer la manière dont ces commentaires racistes et haineux créent une dynamique qui leur est propre. Facebook a ainsi enregistré une vague de commentaires antisémites graves allant jusqu’à l’appel à la violence. Des plaintes pour violation de la norme pénale antiraciste ont été déposées contre certains des auteurs, dont un grand nombre ont débouché sur une ordonnance pénale.

Qu’est-ce que je peux faite contre le discours de haine ?

L’incitation à la haine raciale et la discrimination raciale en public sont interdites en ligne comme ailleurs.
Les commentaires racistes sur Internet ne doivent pas être acceptés sans réagir. Nous pouvons tous agir et contribuer au maintien d’un Internet « propre ».

1. Il est possible de répondre fermement, en des termes appropriés, aux utilisateurs tenant des propos racistes.

2. Les commentaires racistes peuvent être dénoncés à la police ou au ministère public.

3. Les commentaires racistes peuvent également être rapportés à l’Office fédéral de la police fedpol. Pour ce faire, il y a un formulaire d’annonce. Des spécialistes se chargeront de vérifier les informations et prendront – le cas échéant – les mesures nécessaires. Ils vous redirigeront vers les autorités compétentes. Pour accomplir cette mission, le fedpol ne dispose cependant que de ressources très limitées. C’est pourquoi une plainte déposée auprès des autorités pénales a souvent de meilleures chances d’aboutir.

En bref

les mêmes règles s’appliquent à tous les propos racistes, qu’ils soient tenus sur Internet ou non : l’incitation à la haine raciale et la discrimination raciale dans l’espace public sont interdites et peuvent faire l’objet de poursuites judiciaires. Les commentaires racistes ne doivent pas être acceptés sans réagir et peuvent être signalés à la police, à l’Office fédéral de la police fedpol.

Début de la pageDernière mise à jour: 02.01.2019